Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l'utilisation de notre site avec nos partenaires de publicité et d'analyse.

Le tir à l'arc dans la mythologie

La mythologie est l'ensemble des mythes et légendes de la religion polythéiste pratiquée dans la Grèce et la Rome antique.

Ces récits, familiers à tous les anciens Grecs, forment les fondements de leurs rites ainsi que de la représentation qu'ils se faisaient du monde. Cette mythologie est aussi à l'origine, pour la plus grande part, de celle des Romains. Les dieux y sont anthropomorphes et sont avant tout la personnification des forces de l'univers. Bien que certains d'entre eux semblent avoir le sens de la justice, ils peuvent se montrer mesquins et rancuniers. La faveur des dieux est gagnée par des sacrifices et la piété, mais ceci ne garantit rien ; en effet, ils sont réputés pour leurs fréquents changements d'humeur ; leurs colères sont terribles et leurs amours peuvent être tout aussi dangereuses.
Le monde de la mythologie est complexe : monstres, guerres, intrigues et dieux inquisiteurs y sont nombreux, et les généalogies s'entrecroisent.

Les dieux régnaient en maîtres sur l'Univers et sur les Hommes. Ils ne pouvaient pas supporter que les mortels leur désobéissent ou prétendent être leurs égaux. L'arc était souvent l'expression radicale de leur pouvoir et de leur autorité. Lorsqu'un dieu était outragé, le châtiment tombait. La flèche venait sanctionner le fautif.

Voici quelques extraits de mythes dans lesquels le tir à l'arc est mis au premier plan.


Héraklès (ou Héraclès, Hercule pour les Romains) est un héros incontournable de la mythologie. Athlète hors normes, ce colosse à la puissance physique phénoménale s'illustra à maintes reprises comme archer. Selon les légendes, il apprit l'art de tirer à l'arc de Rhadamanthe (qui deviendra plus tard l'un des juges des Enfers), d'Eurytos (roi de la ville d'Oechalie), ou de Teutoros (un bouvier scythe).

Il utilisa l'arc et les flèches pour réaliser certains des 12 travaux dont il était affligé.

- Contre le lion de Némée, il tira ses flèches mais s'aperçut rapidement que le monstre était invulnérable. Ses flèches, offertes pourtant par Apollon, rebondissaient sur son cuir. Il parvint finalement à battre le lion en l'étranglant à mains nues, puis l'écorcha et se revêtit de sa peau qu'aucune flèche ne pouvait transpercer.

  Héraklès contre le lion de Némée


- Contre l'Hydre de Lerne il décocha quelques flèches enflammées sans succès.
Héraklès décapita les têtes de l'Hydre les unes après les autres, puis dépeça l'animal et en recueillit le venin pour en imprégner ses flèches.

- Biche de Cérynie
Héraklès poursuivit l'animal toute une année sans l'atteindre. Un jour où elle voulut traverser le fleuve Ladon en Arcadie, Héraklès lui décocha une flèche entre l'os et le tendon de la patte. Ce qui la blessa légèrement sans qu'aucune goutte de sang ne fut versée.
Héraklès chargea l'animal sur ses épaules et traversa l'Arcadie pour se rendre chez Eurysthée.

- Sanglier d'Érymanthe
Alors qu'il était à la recherche du sanglier, il fut reçu chez le centaure Pholos, avec qui il partagea un tonneau de vin. Attirés dans la caverne par le parfum du vin, les autres centaures attaquèrent Héraklès ; en se défendant, il tua nombre d'entre eux grâce à ses flèches empoisonnées.
Pour capturer vivant le sanglier d'Érymanthe, il l'attira dans un champ enneigé, l'épuisa et le prit dans le filet.

- Oiseaux du lac Stymphale
Les oiseaux du lac Stymphale étaient des oiseaux monstrueux, se nourrissant de chair humaine et qui infestaient les bois entourant le lac Stymphale, en Arcadie, utilisant les pointes acérées de leurs plumes de bronze comme flèches, pour tuer hommes et bêtes et les dévorer.
Héraklès les effraya au moyen d'un gong de bronze fabriqué par Héphaïstos, transperça de ses flèches un certain nombre d'oiseaux, puis chassa le reste.

- Bœufs de Géryon
Lors de son expédition pour capturer les Bœufs de Géryon, le héros, accablé par la chaleur, menaça Hélios de ses flèches. Pour l'apaiser, le Soleil lui prêta un bateau d'or qui lui permit de franchir l'Océan.

Après ces 12 travaux, il se rendit à Thèbes où il gagna un concours à l'arc sur Eurytos (roi d'OEchalie, réputé pour son adresse à tirer à l'arc), mais ne reçut pas Iole, la fille du roi, qui lui avait été promise s'il était vainqueur. (Iphitos, fils d'Eurytos (roi d'OEchalie) se fit remarquer comme étant un archer redoutable aux côtés des Argonautes.)

  Héraklès


Porphyrion était un Géant, fils d'Ouranos (le Ciel) et de Gaïa (la Terre) qui fit la guerre aux dieux de l'Olympe. Il tenta de violer Héra, mais Zeus le foudroya et il fut achevé par une des flèches empoisonnées d'Héraclès.

Prométhée était un Géant dont Zeus redouta toujours la puissance. Entré en conflit avec Zeus, celui-ci le fit enchaîner sur le plus haut sommet du mont Caucase, où chaque jour, durant des siècles, un aigle vint dévorer le foie sans cesse renaissant du malheureux. Pour avoir averti Zeus de ne pas épouser Thétis, si le dieu ne voulait pas avoir un fils qui le détronerait, Prométhée eut droit à la clémence de son maître. Héraklès tua le rapace d'une de ses flèches et délivra le géant. (cette aventure est connue comme un des travaux mineurs réalisés par Héraclès).

Vers la fin de sa vie, alors qu'il se trouvait devant un fleuve en crue qu'il devait impérativement traverser avec sa femme Déjanire, il rencontra un centaure nommé Nessos qui proposa d'aider Déjanire à franchir le fleuve, tandis qu'Héraklès nageait de son côté. Lorsque Héraclès arriva, il vit que Nessos tentait d'abuser de Déjanire. Il prit alors une flèche enduite du poison de l'Hydre de Lerne et la décocha entre les omoplates de Nessos. À l'agonie, ce dernier tendit sa tunique à Déjanire et lui dit de la tremper dans son sang puis de l'offrir à Héraklès afin de s'assurer ainsi pour l'éternité de sa fidélité.
Plus tard Déjanire, craignant de perdre son époux qui s'était épris de la fille du roi Eurytos (Iole), lui remit la tunique pour qu'il revêtît. Héraclès sentit que le vêtement le brûlait; tentant de s'en défaire, il constata que sa peau partait avec, en lambeaux. La tunique avait été en conatct avec le sang imprégné du poison de l'Hydre de Lerne du centaure Nessos. Faisant ériger un bûcher, il s'y jeta tandis que Déjanire se pendait. Zeus ne put intervenir mais lui offrit une place sur l'Olympe, parmi les dieux. Héraklès devint alors immortel.
C'est à Philoctète, dernier témoin des derniers moments de sa vie, qu'Héraklès confia ses flèches et son arc.


Héraklès archer
Sculpure d'Antoine Bourdelle, 1909


Ulysse
Ulysse est, avec Héraklès, l'un des héros les plus célèbres de l'Antiquité.
Reçu à la cour d'Iphitos, il acquit le précieux arc d'Eurytos, qui lançait des flèches imparables.
Après 20 années d'absence durant lesquelles il vécut de nombreux évènements, en particulier la guerre de Troie, il voulut retrouver sa patrie, sa femme Pénélope et son fils Télémaque.


Mais Pénélope ne pouvait plus ignorer les poursuites de ses prétendants qui affirmaient qu'Ulysse était mort. Elle promit d'épouser celui qui parviendrait à tendre l'arc d'Ulysse. Tous avaient accepté la proposition de la reine ; mais ils essayèrent vainement de tendre l'arc. Ulysse, qui ne s'était pas fait reconnaître, demanda qu'il lui soit permis d'éprouver ses forces. Il banda l'arc très aisément, et en même temps, il tira sur les poursuivants, qu'il tua l'un après l'autre, aidé de son fils et de deux fidèles domestiques. 

 

 Ulysse tendant l'arc dont Pénélope doit être le prix

Apollon et Artémis

Apollon (Phébus en grec) était l'une des 12 grandes divinités de l'Olympe. Il était appelé "l'archer divin" ou "le dieu archer". Ses dispositions pour le tir à l'arc furent précoces.

Dès son adolescence, armé de son arc et de ses flèches, il vengea sa mère du serpent Python par lequel elle avait été obstinément poursuivie.

Une autre de ses prouesses est d'avoir exterminé les 3 Cyclopes de ses flèches. Le dieu ne leur pardonnait pas d'avoir fourni à Zeus la foudre qui avait frappé et tué Asclépios, son fils.

Apollon est également connu pour avoir fait périr de ses flèches les Telchines (des génies, la plupart du temps malfaisants dont la forme tenait à la fois de l'homme et de l'animal marin).

Il apprit un jour que sa protégée, la nymphe Coronis, avait manqué à ses devoirs de fidélité. Il fut pris d'un tel accès de colère qu'il sacrifia sans délai Coronis de ses flèches. Après que l'irréparable fut commis, le dieu jaloux apprit que l'information était fausse.

Artémis
Apollon avait une soeur jumelle: la fameuse déesse chasseresse Artémis (Diane pour les romains). Cette archère aux pouvoirs surnaturels avait des flèches en argent qui ne manquaient jamais leur cible. De manière générale, elle envoyait sur les femmes la mort soudaine, alors qu' Apollon se chargeait des hommes.

 Artémis



Niobé (la fille de Tantale) eut un jour l'arrogance de se comparer à Léto (Latone pour les romains), mère d'Apollon et de Artémis, et d'offenser le culte que l'on rendait à cette déesse. En représailles, Apollon et Artémis massacrèrent sans hésiter les 7 fils et les 7 filles de Niobé à coup de flèches.

Apollon-Artemis-Niobe


Actéon était devenu, grâce au centaure Chiron, l'un des plus fins chasseurs de son pays. Il prétendait surpasser Artémis dans l'art de la chasse. Un matin, alors qu'il chassait, il surprit la déesse qui se baignait seule dans un lac. Déjà irritée par son insolence, celle-ci ne lui pardonna pas cette dernière faute , et , après l'avoir changé en cerf, elle le fit dévorer par les 50 chiens qui l'accompagnaient.

Orion était un superbe géant féru de chasse comme la déesse avec laquelle il vécut comme chasseur. Mais Eos, personnification divine de l'aurore, l'enleva par amour. Jalouse, Artémis cribla de ses flèches le bel Orion. Il sera sauvé de justesse par Jupiter qui l'immortalisa et lui attribua une place au coeur de la voûte céleste.
Selon une autre version du mythe, elle le tua à l'instigation de son frère qui lui montrait dans la mer un point éloigné et la défiait de l'atteindre. Elle tira une de ses flèches qui atteignit le but, mais il s'agissait de la tête d'Orion qui dépassait sur la mer.

  Diane


Tityos était un géant, fils de Zeus et d'Elara. Il fut également tué par la déesse d'une volée de flèches avec la complicité d'Apollon, puis catapulté au fond des Enfers. Artémis et son frère vengeaient leur mère de l'infidélité de Zeus.


Les Centaures
Les Centaures étaient des êtres avec un buste d'homme terminé par un corps de cheval. Ils se nourrissaient de chair crue et vivaient comme des bêtes dans les forêt de Thessalie. Leurs moeurs brutales, leur amour immodéré du vin et des femmes les rendaient redoutables aux mortels. Seuls deux d'entre eux, Pholos et Chiron, se distinguaient de leurs semblables par une bonté et une sagesse exemplaires.

L'agression d'Atalante
Atalante était une héroïne qui excellait à la lutte et à la course, et avait aussi des dons stupéfiants au tir à l'arc. Elle croisa un jour la route de deux centaures, Hyléos et Rhoécos : ceux-ci voulurent abuser d'elle mais furent transpercés par ses flèches.
Elle se distingua également en blessant mortellement d'une flèche le monstrueux sanglier de Calydon.

Le combat contre Héraklès
Héraklès fut un temps l'hôte de Pholos tandis qu'il traquait le sanglier d'Érymanthe. Il exprima un jour le souhait de boire du vin : Pholos n'osait ouvrir la jarre à vin, qui était commune à tous les centaures. Mais sur l'insistance du héros, il s'y résolut : alors les autres centaures, sentant l'odeur du vin, devinrent furieux et se jetèrent sur Héraklès, qui en tua plusieurs et poursuivit les autres.

Mort de Chiron et dispersion des centaures
Après avoir été chassé du mont Pélion, Chiron s'était installé au cap Malée. Or les autres centaures, toujours traqués par Héraclès, parvinrent jusqu'à lui; là, le héros utilisa ses flèches empoisonnées et en décocha une par mégarde sur Chiron. Touché par l'existence exemplaire de celui-ci, Zeus le rendit immortel et le plaça parmi les astres du ciel où il forme depuis la constellation bien connue du Sagittaire. Il apparait au 9ème rang des signes du zodiaque et est représenté par un Centaure armant un arc.

Sagittaire


Les Amazones
Les Amazones appartenaient à une race fabuleuse de femmes guerrières qui, selon la légende, vivaient dans le Caucase et en Asie Mineure, sur les rives du Thermodon. Gouvernées par une reine, elles n'acceptaient la présence des hommes qu'une fois par an pour perpétuer leur race et tuaient leurs enfants mâles ou les rendaient aveugles ou boiteux, pour ensuite les utiliser comme serviteurs.

Amazone

Montées sur des chevaux, protégées par une armure et un casque, les Amazones étaient particulièrement habiles au tir à l'arc. On coupait leur sein droit pour faciliter leurs mouvements au cours des combats, en particulier pour tirer à l'arc.

Les Amazones par Wilhem


Mais dans la mythologie, la flèche ne répand pas seulement le malheur et la mort. Elle est aussi le symbole des émotions et des sentiments les plus forts.

Eros
Eros (ou Cupidon) est la personnification du désir amoureux le plus vif. Il fut le dieu de l'Amour, de l'affection, des affinités et des coups de foudre comme des douces passions.
Aussitôt qu'il put manier l'arc, Eros s'en fit un de frêne, employa le cyprès à faire des flèches, et essaya sur les animaux les coups qu'il destinait aux hommes. Puis il échangea son arc et son carquois contre d'autres en or.
Il est le plus souvent représenté sous la figure d'un enfant de sept à huit ans (ailé ou non) armé d’un arc et d'un carquois rempli de flèches ardentes.

 

Eros


Lorsque ses flèches frappent, le désir se déclenche immanquablement dans les coeurs les plus secs et les plus réfractaires. Le plus fréquemment, il part remplir les missions que lui confient les dieux. Les flèches de Cupidon sont invisibles mais elles irradient de bonheur ceux qu'elles atteignent.

On peut voir au travers de ces récits que l'arc tient une place importante dans la Mythologie, tantôt arme des nobles causes, tantôt outil des basses besognes. Il apparaît dans de nombreux autres mythes comme l'arme des héros et des dieux.